L'histoire du Basket-Ball à Mourenx

  

L’éclosion d’une génération.

C’est à ce moment là, lorsque l’équipe féminine accède en Honneur Aquitaine en 1996, qu’éclot une génération de jeunes nées entre 1981 et 1984. Ces joueuses se nomment Christelle et Laurie Cazalis, Lopez, Jouanserre, Pey, Bergez, Marzat, etc. À partir de la saison suivante, ces jeunes filles vont doubler les rencontres cadettes et équipe 1, pour gravir les échelons un par un. Les titres régionaux en cadettes, les titres et les montées pour l’équipe fanion se succèdent tous les ans (7 montées en 9 ans, de l’Excellence départementale à la LFB). En 2000, c’est aussi l’arrivée de Valéry Demory pour s’occuper des jeunes, mais les circonstances du moment font qu’il va vite prendre en main les destinées de l’équipe 1. D’autres entraîneurs diplômés viennent grossir chaque année les rangs du MBC, mais aussi de nombreux parents viennent inscrire leurs enfants à Mourenx.

Depuis l’accession en NF2 lors de la saison 2002-2003, un grand engouement populaire s’est emparé de la ville et des alentours à chaque rencontre au gymnase municipal, archi comble chaque fois. Des gradins supplémentaires ont été dressés derrière les panneaux, un poulailler où ça hurle, ça chante, ça pousse. Le MBC a réussi à conquérir les anciens toujours nostalgiques de la Moutète, mais ils a aussi su charmer les plus jeunes qui appréciaient cette ambiance. Le gymnase, véritable nid d’aigle, devint forteresse imprenable lors de ses deux saisons en NF1, la salle la plus chaude de France, aux dires de toutes les formations venues fouler le sol Mourenxois.

Poursuivre la formation.

En 2005-2006 le Mourenx Basket Club accède en Ligue professionnelle, mais veut également poursuivre la formation des jeunes, dont de nombreux vont grossir les rangs des diverses sélections départementales, d’Aquitaine et même de France. Le MBC veut garder son identité régionale, ça part d’un bon sentiment, mais pour y arriver, il faut former des jeunes capables d’évoluer au plus haut niveau. C’est pour cela que deux équipes, minimes et cadettes étaient engagées en championnat de France. Cette même saison, les cadettes remportent le titre de champion de France du groupe B, avec deux joueuses retenues en équipe de France. Un centre de formation est en place, avec le proviseur du lycée les relations sont excellentes et il comprend les besoins du club. Ce travail de formation va se poursuivre jusqu’à la saison dernière, où les cadettes, toutes scolarisées au lycée Albert Camus de Mourenx, deviennent championnes de France scolaire. Elles vont atteindre les quarts de finales de la coupe de France, s’inclinant contre le futur vainqueur. Pendant ce temps, de nombreuses jeunes joueuses mourenxoises sont régulièrement appelées dans les diverses équipes de France. Durant trois saisons Mourenx évolue en Ligue Féminine, de nombreuses et grandes joueuses françaises et étrangères viendront fouler le plancher du gymnase municipal. Lors de la première saison, nous aurons la meilleure joueuse de la compétition, avec l’Américaine Tamika Withmore. Tous ceux qui l’ont vu jouer se souviendront longtemps de ce « phénomène », crainte de ses adversaires sur un terrain, adorable dans la vie.

La descente aux enfers.

Malheureusement, tout va s’écrouler en quelques jours. Un trou financier est découvert en début de saison 2007-2008, il va amener le MBC au dépôt de bilan le printemps venu. Pourtant une poignée de dirigeants tente de sauver le bateau qui coule, mais alors que tout le monde pense qu’il est remis à flot, la banque du club ne veut plus prêter l’argent qu’elle avait promis. C’est alors fini de l’histoire du Basket Ball à Mourenx, quand soudain surgit…