L'adresse et la technique de Sandra Laffitte ne seront pas de trop pour espérer accéder en Promotion Excellence (Photo Claude Jouanserre).

Après l'équipe de Ligue 2 le week-end dernier, c'est au tour de nos Seniors Aquitaine de disputer leur Final Four, cette fin de semaine du côté de Villenave d'Ornon (33). Enfin, Final Four si l'on veut, car dimanche il n'y aura pas de match entre les deux perdants du samedi pour l'attribution de la troisième place. Par contre, pour espérer évoluer en championnat de Promotion Excellence (la Ligue d'Aquitaine revient à l'ancien système de compétition), la saison prochaine, il y a tout intérêt à gagner samedi, car seuls les deux finalistes accéderont dans cette division en septembre prochain. Pourtant, le Réal Chalossais, l'adversaire de nos joueuses fait parti des grands favoris pour le titre régional. Cette année, lors de la première phase, les Landaises ont battu deux fois notre équipe : « Mais nous n'étions pas prêts », annonce Rafaël Esteban notre entraîneur, en poursuivant : « Maintenant, nous avons les moyens de les inquiéter. Nous devons jouer notre Basket et ne rien regretter, nous avons une carte à jouer. Nous devons prendre exemple sur l'équipe 1 qui a battu Calais dimanche dernier, alors qu'elles avaient perdu deux fois face aux Nordistes. Le Réal Chalossais défend haut, possède un jeu collectif très au point et peut s'appuyer sur une bonne adresse aux tirs. Mais nous avons une revanche à prendre, d'autant plus que certaines de leurs joueuses s'étaient moquées des nôtres en disant qu'elles n'étaient pas bonnes ! », se souvient le coach, qui pourra compter sur un joker de luxe pour ce mini-tournoi...

Dans cette seconde phase, les Landaises ont tout broyé sur leur passage, terminant invaincues (10 matches, 10 victoires). Des quatre équipes qualifiées, elles possèdent la meilleure attaque (77,4 pts de moyenne). Cette rencontre débutera à 19H00, l'autre demi-finale mettra aux prises Union Campagne Meilhan au BEC à 21H00. Les deux vainqueurs se rencontreront le lendemain à 14H00, les deux perdants rentreront chez eux !

Obligée de rester sur le banc à cause d'une grave blessure au genou, Hélène Cazobon jette un regard pertinent sur le Final Four Honneur région qui se dispute ce week-end à Saint-Delphin (Photo Claude Jouanserre).

Depuis cette saison, Hélène Cazobon est la capitaine de l'équipe des Seniors Aquitaine, mais malheureusement pour elle, mais aussi pour son équipe, elle sera absente sur le terrain ce week-end. Victime d'une rupture des ligaments croisés antérieurs et postérieurs du genou, avec également une lésion à la rotule, elle doit subir une intervention chirurgicale cet été : « Entre Pampelune et Bayonne », dit-elle avec un certain sens de l'humour. Formée à l'école de Basket de l'ancien club, où elle avait comme entraîneur une certaine Aurélie Lopez, elle a connu déjà un Final Four en 2005, avec les Cadettes France. Après un passage de quatre saisons au SCAN, cela fait maintenant sa seconde année à l'EBPLO, où avec son diplôme d'Initiateur on la retrouve également comme responsable de l'école de Basket, de nos Benjamines quarts de finalistes du championnat Honneur départemental et animatrice des actions que nous avons mis en place sur les villages de Maslacq et Hagetaubin. Nous l'avons rencontré 48 heures avant la demi-finale du championnat Honneur Aquitaine.

Comment aborde-t-on un Final Four ?

Déjà, nous ne sommes pas favoris, vu que le Réal Chalossais nous a battues deux fois cette saison. Nous n'avons aucune pression, nous avons tout à gagner. Je crois en mes partenaires, je pense qu'elles sont capables de l'emporter, surtout que le collectif a progressé, nous avons appris à jouer ensemble, je pense que nous pouvons arriver à un résultat positif.

Comment tes partenaires l'abordent-elles ?

Sans trop de pression, mais surtout nous avons une revanche à prendre sur cette équipe et sur les commentaires qui avaient été faits après le dernier match.

Comment se présente cette formation ?

Ce sont des Landaises, elles sont rapides, adroites, avec une grosse défense et peut-être un secteur intérieur un petit peu plus faible que le nôtre. Sur les postes extérieurs elles courent beaucoup et elles ont une très bonne meneuse.

Comment se sont passés vos derniers entraînements ?

Nous avons fait de bonnes séances, nous avons travaillé le collectif et les tirs. Tout le monde est concentré et motivé !

Optimiste ?

Bien sûr ! On espère être encore à Saint-Delphin dimanche (sourire).

On peut connaître l'identité de votre « joker de luxe » ?

(Sourire) Ah non, ça reste un secret jusqu'au moment de l'échauffement !

Malgré toute leur volonté, Nina Moral et ses partenaires ne vont pas arriver à ramener le titre régional à Mourenx. Elles sont tombées sur un BEC ! (Photo Claude Jouanserre).  

Demi-finale Honneur

EBPLO (2)-Réal Chalossais 66-57

Finale Honneur :

EBPLO : 40

BEC : 53

Malgré la défaite en finale, l'objectif de cette équipe est largement atteint, avec l'accession en Promotion Excellence la saison prochaine. Qualifiées pour ce Final Four, nos filles devaient passer la demi-finale pour pouvoir accéder à l'étage supérieur à la rentrée prochaine. Cela a été réalisé samedi face au Réal Chalossais, dans une rencontre très physique, qui a d'ailleurs laissée des séquelles pour la finale de ce dimanche. Dans cette rencontre face aux Landaises, nos joueuses ont toujours dominé les débats, s'adjugeant une victoire logique et méritée, face à une formation qui les avait battues deux fois en première phase de la saison régulière.

Ce dimanche, c'est le Bordeaux Étudiant Club qui se présentait face à nous, pour le titre régional Aquitaine. Nos joueuses vont prendre un bon départ, pour mener rapidement (6-2, 3e), avant d'encaisser un 6-0 des Girondines (6-8, 6e). Après cet éclat nos filles vont se reprendre en jouant vite, sans laisser le temps aux locales pour replier (14-9, 9e). L'écart va se stabiliser jusqu'à la fin du premier quart-temps (16-12, 10e). C'est à partir de ce moment-là que les jambes vont devenir lourdes, alors que le manque de lucidité sera flagrant. Le BEC en profite pour piquer des ballons sur des mauvaises passes, ou des tirs pris trop rapidement. Pour ne rien arranger à la situation l'EBPLO est obligé de commettre des fautes, qui emmènent leurs adversaires sur la ligne des lancers francs. Pourtant, au moment du repos il n'y a pas péril en la demeure (27-31, 20e).

La seconde mi-temps débute par un concours de maladresse de part et d'autre. En défense l'EBPLO est bien en place, mais en attaque les bonnes positions de tirs, ou les actions collectives, ne sont pas conclues par des paniers (29-33, 25e). Ce sont les Bordelaises qui vont se sortir le plus rapidement et le mieux de ce mauvais pas, malgré quelques paniers de Marlène Brouca (35-41, 30e). Alors que tout est encore possible, nos joueuses n'arrivent toujours pas à marquer des paniers malgré leurs tirs ouverts et leur bonne circulation du ballon. Au contraire, c'est un moment d'euphorie pour le BEC, qui va s'imposer sur un score très large, qui ne reflète pas du tout la physionomie de cette finale.

De secrétaire, Henri Lordon est passé président de la section féminine de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez (Photo Claude Jouanserre).

C'est devant une bonne chambrée que ce samedi soir s'est tenu l'Assemblée Générale de notre section Féminine. Après la démission de Véronique Bordenave au mois de novembre 2012, Éliane Commères avait souhaité ne pas se représenter, alors que l'actuel président Claude Barou Dagues a expliqué clairement : « On m'a demandé de ne pas me représenter et comme le club n'appartient à personne et pour le bien de celui-ci, j'ai décidé de me retirer ! ». Le bilan moral, mais aussi le bilan financier ont été votés et adoptés à l'unanimité, ce dernier présenté par l'expert-comptable du club, Didier Larrieu, laissant apparaître une faible perte de 1 963,42€, bien loin des 100 000€ annoncés par certaines personnes voulant déstabiliser le club ! Henri Lordon le secrétaire a annoncé que la SEM versera une subvention de 250 000€ par an sur trois saisons à l'association, avec un premier versement ce mois-ci de 100 000€, un autre du même montant en décembre 2013 et les derniers 50 000€ en mars 2014. Annonce confirmée par François Matéos l'adjoint aux sports de la ville de Mourenx et membre du Conseil d'Administration. Cela va permettre à notre association de pouvoir travailler en toute sérénité sur au moins trois ans et poursuivre ses efforts de formation, mais aussi et surtout d'initiation à la grosse balle orange.

Avec 95 licenciés, chiffres officiels fournis par le comité 64, car là aussi des chiffres erronés ont été annoncés, notre club est en progression. Il faut aussi y comptabiliser une quarantaine de pratiquants supplémentaires, en comptant les enfants de Maslacq et Hagetaubin, où Hélène Cazobon est allée effectuer des entraînements tous les mercredis, ainsi qu'une partie de nos bénévoles non licenciés. Pour l'an prochain les effectifs devraient être en hausse, sachant que rien que sur les U17, de 8 licenciées cette saison, nous passons déjà à ...24 ! Le rapprochement avec le club de Lahourcade devrait se poursuivre sur les catégories U11-U13, mais aussi par l'échange d'informations au niveau des entraîneurs des deux clubs.

Cette assemblée s'est terminée par l'élection du Conseil d'Aministration, où cinq nouveaux membres se sont présentés : Estelle Fardilha, Jennifer Bonnafoux, Géraldine Pires Da Cal, Jean-Pierre Frêslon et Tony Ferreira. Le quorum ayant été atteint l'élection a pu avoir lieu, ils ont tous été élus à l'unanimité.

Voici la composition du nouveau bureau :

Président : Henri Lordon

Secrétaire : Dominique Chaigneau

Trésorier : Fernand Fardilha

Membres : Jean-Michel Cazobon, Laëtitia Arbouch, Christine Perreau, Didier Gadou, François Matéos, Pierre Seillant, Estelle Fardilha, Jennifer Bonnafoux, Géraldine Pires Da Cal, Jean-Pierre Frêslon, Tony Ferreira.

Au club depuis de longues années, Laëtitia Arbouch est justement récompensée de son investissement bénévole (Photo Claude Jouanserre).

Dernièrement et comme chaque saison à cette époque de l'année, le service des sports de la ville de Mourenx a décerné ses trophées aux bénévoles et sportifs Mourenxois, qui se sont illustrés. Dans le cadre des bénévoles, c'est Laëtitia Arbouch, membre du Conseil d'Administration, mais aussi éducatrice à l'École de Basket et responsables de salle lors des matches de l'équipe de Ligue 2, qui s'est vue remettre celui-ci. Au niveau des sportifs, c'est l'équipe des Seniors Aquitaine, vice-championne Honneur région et qui a accédé la Promotion Excellence pour la saison prochaine, qui a été récompensée. Une fois les récompenses décernées, tout le monde s'est retrouvé autour d'une table pour un repas convivial.

s2recompense

 

 

La dernière image de la saison pour la page d'accueil de cette saga (Photo et conception Claude Jouanserre).

Pour revivre toute la saison 2012-2013 de son équipe de Ligue 2, la section féminine de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez, sort un recueil de 170 pages, avec plus de 100 photos. Toutes les présentations des matches, les compte-rendus et les retours d'après matches sont relatés. Du premier match amical au mois d'août dernier, à la médaille de bronze du Final Four de Nice, pour 10€ seulement on retrouvera tout cela. Ce recueil est imprimé en série limitée, pour toute commande, vous téléphonez au 06 89 05 48 75.

Avec l'arrivée de Marion Ferreira, c'est "une battante" qui intègre le groupe de nos Seniors Aquitaine (Photo Claude Jouanserre).

« Ça va être costaud ! », voilà la première réaction de Rafaël Esteban l'entraîneur de nos Seniors Aquitaine, à l'annonce de la poule qui les attend dès le mois de septembre. « Nous allons essayer de viser l'une des cinq premières places », poursuit-il en rajoutant : « Par rapport aux saisons précédentes, nous aurons l'avantage d'évoluer dans une poule de 12, ce qui fait que si nous manquons notre départ comme la saison passée, nous aurons davantage de marge pour nous rattraper », conclut-il. Effectivement, si certains déplacements dans les Landes ne sont pas lointains, ils sont extrêmement dangereux. Que ce soit Gaujacq, les Espoirs Chalosse, Luy Adour, Saint-Sever, ou le Réal Chalossais, il va falloir y aller ! Sans compter que les clubs Girondins ou du Lot et Garonne ne sont pas des faire-valoir !

Pour l'instant un seul départ est acté dans le groupe, c'est celui de Lauriane Bordenave, qui rejoint l'entente Mazerolles-Malaussanne (2MBS). Elle sera remplacée numériquement par Marion Ferreira, qui arrive de Besingrand.

La saison prochaine, Tamzin Barroilhet portera le maillot de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez (Photo Kent State University).

Avec pour seul départ celui de Laurie Lapeyre qui rejoint le club de Colomiers (NF1), le recrutement de cette saison a été rapidement mené. Aurélie Lopez souhaitait conserver l'intégralité de son groupe, qui a terminé à la troisième place du championnat de France de Ligue 2. Comme l'objectif du club est de se pérenniser dans cette division, il était inutile de chambouler un groupe performant à ce niveau de compétition et qui vit bien ensemble.

Donc, pour remplacer notre N°8, nous avons fait appel à une jeune joueuse franco-anglaise, peu connue dans l'Hexagone. Il s'agit de Tamzin Barroilhet, née le 21 septembre 1990 à Londres et qui mesure 1.80m. Elle arrive de l'université de Kent State dans l'Ohio (USA), où elle a effectué son cursus scolaire durant les quatre dernières années et participé au championnat NCAA de première division. Cette saison elle termine meilleure marqueuse de son université avec 10,6 points de moyenne, mais elle présente aussi de bonnes statistiques générales sur toute la saison (6,9 rebonds, 2,6 passes décisives, 1,5 interception). Ses records sur un match cette année sont de 26 points, 12 rebonds, 9 passes décisives, 4 interceptions et 2 contres (4 fois).

                                                                                    Un beau palmarès !

Si elle est née en Grande-Bretagne, elle a passé toute sa jeunesse en France, et c'est à Sainte-Maxime (Var), qu'elle débute le Basket à l'âge de 5 ans. Elle va y rester jusqu'en Benjamine deuxième année, et elle va remporter le titre de championne de France avec la sélection de son département. Elle part ensuite deux saisons en Minimes France à Fréjus, où elle devient championne de France UNSS avec le Pôle espoir d'Aix en Provence et médaillée de bronze aux championnats de France Inter-Ligue avec la sélection de la Côte d'Azur. Pour parfaire ses fondamentaux et comme elle n'a pas encore la nationalité française, ce qui l'empêche d'intégrer le Centre Fédéral, elle rejoint le prestigieux centre de formation de Bourges. Elle va y rester quatre ans, en Cadettes France et avec les Espoirs, tout en s'entraînant avec le groupe des professionnelles. Voulant encore parfaire son basket, mais aussi préparer son avenir professionnel, elle part quatre ans à l'université de Kent, pour préparer un diplôme de Management Sportif et Commerce International (International Business and Sport Administration). Entre-temps, « Tam » a déjà porté le maillot de la sélection de Grande-Bretagne et la saison prochaine ce sera celui de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez !

Le groupe : Julia Borde, Awa Gueye, Marion Arfelis, Vélia Bosch, Mariame Dia, Émi Vidal, Ingrid Bunel, Martha Chrzanowski, Tamzin Barroilhet + 1 moins de 23 ans du club. Entraîneur : Aurélie Lopez.



Avec Lakevia Boykin, notre club devrait avoir trouvé une joueuse spectaculaire (Photo Wake Forest University).


Alors qu'on s'attendait à voir débarquer une franco-anglaise (Tamzin Barroilhet) pour remplacer Laurie Lapeyre, nous l'avions annoncé sur notre site Internet, c'est finalement une Américaine qui va poser ses valises à Mourenx. La première, après nous avoir donné son accord est revenue sur sa décision, nous espérons que la seconde honorera son contrat. Il s'agit de Lakevia Boykin, une ailière de petite taille (1.75 m), mais à la détente extraordinaire. Elle fêtera ses 22 ans le 21 août prochain et elle arrive de la réputée Wake Forest University (1ère division NCAA), où la néo-Mourenxoise a passé ses quatre dernières années étudiantes (Alexandra Tchangoué de Nice vient aussi de cette université). Née à Raleigh en Caroline du Nord, sa maman jouait au Basket au collège de Saint-Augustine et elle a un frère. Elle a la particularité de n'avoir jamais manqué un seul match durant ces quatre saisons, participant ainsi à plus de 130 rencontres, dont les trois dernières saisons dans le cinq majeur. Cette année, elle tournait à 14,4 points de moyenne, 3,2 rebonds, 2,5 passes et 41,3% de réussite aux tirs à 3 points, car c'est également une exceptionnelle shooteuse. Au mois de décembre dernier, à Virginia Tech, elle a inscrit son 1 000ème point en carrière. Souhaitons qu'elle confirme en Béarn !


Vous pouvez visionner quelques images en cliquant sur le lien ci-dessous (elle porte le N°22) :