"Maintenant, nous visons la troisième place !" semble montrer Vélia Bosch à ses partenaires. Ce ne sera pourtant pas un match facile devant Calais (Photo Claude Jouanserre).

Nice : 78

30 paniers sur 58, dont 9 sur 21 à 3 pts, 9 LF sur 11, 38 rebonds, 23 passes, 18 ballons perdus, 16 fautes.

M-E. Paget (6), A. Déas (6), E. Decker (8), A. Tchangoué (9), A. Diarra, M. Okou-Zouzouo (5), M. Galliou-Loko (12), F. Constant (20), G. Mendy (4), J. Senghor-Sy (cap 8). Entraîneur : R. Méziane.

EBPLO : 55

19 paniers sur 56, dont 5 sur 17 à 3 pts, 12 LF sur 13, 28 rebonds, 11 passes, 19 ballons perdus, 19 fautes.

J. Borde (3), M. Arfelis (9), A. Gueye (6), N. Moral, L. Lapeyre (4), V. Bosch (10), M. Dia (9), E. Vidal (cap), I. Bunel (13), M. Chrzanowski (1). Entraîneur : A. Lopez.

À Nice, salle Leyrit, 400 spectateurs environ.

Arbitres : T. El Mahi et A. Delanoe

Les quarts-temps : 19-17, 21-9, 21-12, 17-17.

Dans cette demi-finale du championnat de France de Ligue 2, nos joueuses n'auront fait illusion qu'un seul quart-temps (19-17, 10e). Par la suite elles ont subi la loi des locales et elles ont été dominées physiquement et techniquement. Mais comme le disait Aurélie Lopez à la conférence de presse d'après match : "Il n'y a pas de déception. Notre début de match a été cohérent, mais la dimension physique de Nice est bien supérieure à la nôtre, ça nous fatigue et forcément l'adresse baisse. Venir ici était une récompense pour les filles.".

Pourtant, dès l'entame nos filles rivalisent les yeux dans les yeux avec leurs adversaires. Quand Decker décoche une première flèche à 3 points, Vélia Bosch lui répond sur l'attaque suivante (5-5, 2e). L'EBPLO est agressif à l'attaque du cercle et provoque de nombreuses fautes, qui l'amènent sur la ligne des lancers francs. C'est essentiellement grâce aux lancers d'Ingrid Bunel, d'Awa Gueye et de Mariame Dia, qu'elles tiennent à la fin des dix premières minutes (19-17, 10e). Malheureusement, l'impact physique des intérieures Niçoises commence à faire du mal. Elles vont appuyer là où ça fait mal et nos filles vont craquer et encaisser un 14-2 en 6 minutes, dont elles ne se relèveront jamais. La maladresse aux tirs est présente du côté des Béarnaises, alors que les Azuréennes sont sur un nuage dans cet exercice. Pourtant, tout est encore possible à la mi-temps (40-26, 20e).

Le début du second acte est poussif des deux côtés, mais c'est une fois encore Nice qui va se montrer beaucoup plus réaliste. La profondeur de son banc est plus importante que la nôtre et malgré tous les systèmes demandés par Aurélie Lopez, l'attaque bafouille. Jamais l'EBPLO ne va baisser les bras, mais Nice possède davantage d'individualités, qui se mettent au service du collectif. Il reste maintenant à préparer le match de ce dimanche à 14H00 face à Calais, battu par Angers.

Vélia Bosch : "Je pense qu'on a montré du courage, on s'est fait plaisir aussi. Personne ne nous attendait là, donc nous sommes heureuses malgré la défaite. Demain ça sera dur, mais on va jouer la médaille de bronze quand même."

La joie de nos joueuses et de nos supporters au coup de sifflet final (Photo Claude Jouanserre).

EBPLO : 70

23 paniers sur 55, dont 4 sur 17 à 3 pts, 20 LF sur 23, 32 rebonds, 16 passes, 22 ballons perdus, 20 fautes, 75 d'éval.

J. Borde (3), M. Arfelis (10), A. Gueye (9), N. Moral, L.Lapeyre(14), V. Bosch (6), M. Dia (5), E. Vidal (cap14), I. Bunel (9), M. Chrzanowski. Entraîneur : A. Lopez

Calais : 67

24 paniers sur 56, dont 4 sur 7 à 3 pts, 15 LF sur 15, 33 rebonds, 16 passes, 21 ballons perdus, 24 fautes, 73 d'éval.

J. Fouasseau (5), F. Herrscher (11), N. Ahamada, M.Capon, P.Diawakana (5), A.Cibert (cap 2), M. Arnaud (8), M. Sinico (20), M. Devaux (16), K.Mallard. Entraîneur : K. Brohan

À Nice, salle Leyrit, 300 spectateurs environ.

Arbitres : A. Karroumi et A. Delanoe

Les quart-temps : 10-20, 14-13, 16-20, 17-27.

Pour Calais, 1 faute technique (A. Cibert, 22e), 1 joueuse sortie pour 5 fautes (A. Cibert, 36e).

Battues deux fois en saison régulière par Calais, nos joueuses ne partaient pas favorites dans cette rencontre pour la médaille de bronze. Les supporters béarnais qui avaient fait le long déplacement sur la côte d'Azur ont du attendre le dernier quart-temps du match de classement, pour voir leurs favorites développer enfin leur jeu. Après s'être logiquement inclinées la veille devant Nice (78-55), elles rencontraient hier après-midi l'équipe de Calais, battue par Angers en demi-finale.

Les trente premières minutes de cette rencontre pour la troisième place nationale vont être à l'avantage des Nordistes, beaucoup plus adroites que les béarnaises. Les statistiques parlent d'elles-mêmes, à la fin du premier quart-temps Calais domine à l'évaluation (31 à 3), c'est un petit peu mieux à la mi-temps (41 à 19). Au niveau du score, les Nordistes se montrent beaucoup plus adroites et virent logiquement en tête à la pause (34-23, 20e).

La seconde période débute aussi mal que la première pour l'EBPLO, qui balbutie son basket. Les passes sont trop molles, les tirs ne touchent pas le cercle, c'est la catastrophe (46-30, 27e). C'est à ce moment là que sous l'impulsion de Vélia Bosch, la machine mourenxoise va se remettre en route. Émilienne Vidal retrouve le chemin du panier, Laurie Lapeyre se faufile dans la défense et Marion Arfelis fait mouche par deux fois consécutivement derrière l'arc de cercle, pour permettre à ses partenaires de passer devant pour la première fois de cette partie (57-56, 35e). Calais va se ressaisir et semble repartir du bon pied (62-67, 38e), mais derrière les Nordistes vont encaisser un 8-0 en deux minutes. Awa Gueye intercepte un ballon précieux qu'elle va déposer dans le cercle, alors que le bras d'Ingrid Bunel ne va pas trembler sur la ligne des lancers francs. Par cette victoire, l'EBPLO monte sur le podium de la Ligue 2.

Pour cette dernière rencontre de la saison, Marion Arfelis s'est montrée très à son avantage, au grand dam de Calais (Photo Claude Jouanserre).

Incroyable ! L'Histoire est un éternel recommencement ! Pour décrocher la médaille de bronze de la Ligue 2, dimanche dernier à Nice, nos joueuses qui étaient menées 67 à 62 alors qu'il ne restait que deux minutes de temps de jeu, ont terminé la rencontre en infligeant un 8-0 à leurs adversaires, pour l'emporter (67-70). Souvenez-vous, le samedi 2 juin 2012 à Saint-Étienne, pour la dernière journée des play-offs de NF1, notre équipe devait l'emporter pour monter en Ligue 2 et pour décrocher le titre national. Cette fois-ci, à trois minutes du terme elles étaient menées 61 à 60 et dans ce dernier laps de temps, elles vont passer un...8-0 aux Foréziennes, pour décrocher le graal (61-68) ! Le 8-0 du money-time de la dernière rencontre de la saison deviendrait-il la marque de fabrique de notre équipe ?

Un résultat inespéré en début de saison et même au départ de ce Final Four, où certains prédisaient une finale Nice-Calais. Si les locales étaient bien présentes au rendez-vous, même si au final ce n'était pas le résultat qu'elles espéraient, pour les Nordistes c'est un cuisant échec, après celui subi la saison dernière au même stade de la compétition. L'EBPLO et Angers étaient les deux formations les plus décontractées sur la ligne de départ et cela s'est traduit en termes de résultats au final. Même la presse locale, « Nice Matin » dans son édition de samedi, titrait en parlant de notre équipe : « Pau, mal loti mais ravi ». Était-ce prémonitoire ? Car s'il est vrai que nous étions mal lotis d'affronter Nice en demi-finale, le lendemain nous étions ravis de monter sur le podium. Il a pourtant fallu attendre la 27ème minute pour voir la réussite nous sourire sous la forme de quelques paniers d'Émilienne Vidal, du gros travail de Laurie Lapeyre et d'Awa Gueye et de l'omniprésence de Vélia Bosch des deux côtés du terrain. Notre meneuse a sûrement remporté le titre virtuel de MVP de l'EBPLO ce week-end par son charisme et son intelligence de jeu. Face à Calais elle n'est pas sortie du terrain, pourrissant la vie de Cibert en défense, tout en distillant des passes décisives (6) et en replaçant ses partenaires. Marion Arfelis a également réalisé sa meilleure prestation de la saison, inscrivant deux paniers à 3 points à un moment important de la partie, dont celui qui nous permet de mener au score pour la première fois de la rencontre (56-57, 35e). Quand l'adresse est revenue, car elle nous a fuit une grande partie de ce tournoi, l'équipe a mieux tourné, le moral est revenu et tout s'est enchaîné. Ce n'est pas la première fois de la saison que l'EBPLO est capable d'un tel renversement de situation, c'est arrivé à Angers : « C'est un peu la marque de fabrique de cette équipe », a dit Aurélie Lopez à la conférence de presse d'après match. Maintenant ce sont les vacances qui vont se présenter pour les joueuses, alors que le staff va continuer à consulter le groupe en prévision de la saison prochaine. Aurélie Lopez et ce n'est un secret pour personne, souhaite poursuivre l'aventure avec le même effectif. Quelques-unes ont déjà donné leur accord de principe, les autres devraient se prononcer très rapidement, sachant que la période des mutations se situe entre le 1er et le 15 juin. Nous sortons à peine d'une excellente saison ponctuée d'une médaille, que nous sommes déjà en mode 2013-2014 !

L'adresse et la technique de Sandra Laffitte ne seront pas de trop pour espérer accéder en Promotion Excellence (Photo Claude Jouanserre).

Après l'équipe de Ligue 2 le week-end dernier, c'est au tour de nos Seniors Aquitaine de disputer leur Final Four, cette fin de semaine du côté de Villenave d'Ornon (33). Enfin, Final Four si l'on veut, car dimanche il n'y aura pas de match entre les deux perdants du samedi pour l'attribution de la troisième place. Par contre, pour espérer évoluer en championnat de Promotion Excellence (la Ligue d'Aquitaine revient à l'ancien système de compétition), la saison prochaine, il y a tout intérêt à gagner samedi, car seuls les deux finalistes accéderont dans cette division en septembre prochain. Pourtant, le Réal Chalossais, l'adversaire de nos joueuses fait parti des grands favoris pour le titre régional. Cette année, lors de la première phase, les Landaises ont battu deux fois notre équipe : « Mais nous n'étions pas prêts », annonce Rafaël Esteban notre entraîneur, en poursuivant : « Maintenant, nous avons les moyens de les inquiéter. Nous devons jouer notre Basket et ne rien regretter, nous avons une carte à jouer. Nous devons prendre exemple sur l'équipe 1 qui a battu Calais dimanche dernier, alors qu'elles avaient perdu deux fois face aux Nordistes. Le Réal Chalossais défend haut, possède un jeu collectif très au point et peut s'appuyer sur une bonne adresse aux tirs. Mais nous avons une revanche à prendre, d'autant plus que certaines de leurs joueuses s'étaient moquées des nôtres en disant qu'elles n'étaient pas bonnes ! », se souvient le coach, qui pourra compter sur un joker de luxe pour ce mini-tournoi...

Dans cette seconde phase, les Landaises ont tout broyé sur leur passage, terminant invaincues (10 matches, 10 victoires). Des quatre équipes qualifiées, elles possèdent la meilleure attaque (77,4 pts de moyenne). Cette rencontre débutera à 19H00, l'autre demi-finale mettra aux prises Union Campagne Meilhan au BEC à 21H00. Les deux vainqueurs se rencontreront le lendemain à 14H00, les deux perdants rentreront chez eux !

Obligée de rester sur le banc à cause d'une grave blessure au genou, Hélène Cazobon jette un regard pertinent sur le Final Four Honneur région qui se dispute ce week-end à Saint-Delphin (Photo Claude Jouanserre).

Depuis cette saison, Hélène Cazobon est la capitaine de l'équipe des Seniors Aquitaine, mais malheureusement pour elle, mais aussi pour son équipe, elle sera absente sur le terrain ce week-end. Victime d'une rupture des ligaments croisés antérieurs et postérieurs du genou, avec également une lésion à la rotule, elle doit subir une intervention chirurgicale cet été : « Entre Pampelune et Bayonne », dit-elle avec un certain sens de l'humour. Formée à l'école de Basket de l'ancien club, où elle avait comme entraîneur une certaine Aurélie Lopez, elle a connu déjà un Final Four en 2005, avec les Cadettes France. Après un passage de quatre saisons au SCAN, cela fait maintenant sa seconde année à l'EBPLO, où avec son diplôme d'Initiateur on la retrouve également comme responsable de l'école de Basket, de nos Benjamines quarts de finalistes du championnat Honneur départemental et animatrice des actions que nous avons mis en place sur les villages de Maslacq et Hagetaubin. Nous l'avons rencontré 48 heures avant la demi-finale du championnat Honneur Aquitaine.

Comment aborde-t-on un Final Four ?

Déjà, nous ne sommes pas favoris, vu que le Réal Chalossais nous a battues deux fois cette saison. Nous n'avons aucune pression, nous avons tout à gagner. Je crois en mes partenaires, je pense qu'elles sont capables de l'emporter, surtout que le collectif a progressé, nous avons appris à jouer ensemble, je pense que nous pouvons arriver à un résultat positif.

Comment tes partenaires l'abordent-elles ?

Sans trop de pression, mais surtout nous avons une revanche à prendre sur cette équipe et sur les commentaires qui avaient été faits après le dernier match.

Comment se présente cette formation ?

Ce sont des Landaises, elles sont rapides, adroites, avec une grosse défense et peut-être un secteur intérieur un petit peu plus faible que le nôtre. Sur les postes extérieurs elles courent beaucoup et elles ont une très bonne meneuse.

Comment se sont passés vos derniers entraînements ?

Nous avons fait de bonnes séances, nous avons travaillé le collectif et les tirs. Tout le monde est concentré et motivé !

Optimiste ?

Bien sûr ! On espère être encore à Saint-Delphin dimanche (sourire).

On peut connaître l'identité de votre « joker de luxe » ?

(Sourire) Ah non, ça reste un secret jusqu'au moment de l'échauffement !

Malgré toute leur volonté, Nina Moral et ses partenaires ne vont pas arriver à ramener le titre régional à Mourenx. Elles sont tombées sur un BEC ! (Photo Claude Jouanserre).  

Demi-finale Honneur

EBPLO (2)-Réal Chalossais 66-57

Finale Honneur :

EBPLO : 40

BEC : 53

Malgré la défaite en finale, l'objectif de cette équipe est largement atteint, avec l'accession en Promotion Excellence la saison prochaine. Qualifiées pour ce Final Four, nos filles devaient passer la demi-finale pour pouvoir accéder à l'étage supérieur à la rentrée prochaine. Cela a été réalisé samedi face au Réal Chalossais, dans une rencontre très physique, qui a d'ailleurs laissée des séquelles pour la finale de ce dimanche. Dans cette rencontre face aux Landaises, nos joueuses ont toujours dominé les débats, s'adjugeant une victoire logique et méritée, face à une formation qui les avait battues deux fois en première phase de la saison régulière.

Ce dimanche, c'est le Bordeaux Étudiant Club qui se présentait face à nous, pour le titre régional Aquitaine. Nos joueuses vont prendre un bon départ, pour mener rapidement (6-2, 3e), avant d'encaisser un 6-0 des Girondines (6-8, 6e). Après cet éclat nos filles vont se reprendre en jouant vite, sans laisser le temps aux locales pour replier (14-9, 9e). L'écart va se stabiliser jusqu'à la fin du premier quart-temps (16-12, 10e). C'est à partir de ce moment-là que les jambes vont devenir lourdes, alors que le manque de lucidité sera flagrant. Le BEC en profite pour piquer des ballons sur des mauvaises passes, ou des tirs pris trop rapidement. Pour ne rien arranger à la situation l'EBPLO est obligé de commettre des fautes, qui emmènent leurs adversaires sur la ligne des lancers francs. Pourtant, au moment du repos il n'y a pas péril en la demeure (27-31, 20e).

La seconde mi-temps débute par un concours de maladresse de part et d'autre. En défense l'EBPLO est bien en place, mais en attaque les bonnes positions de tirs, ou les actions collectives, ne sont pas conclues par des paniers (29-33, 25e). Ce sont les Bordelaises qui vont se sortir le plus rapidement et le mieux de ce mauvais pas, malgré quelques paniers de Marlène Brouca (35-41, 30e). Alors que tout est encore possible, nos joueuses n'arrivent toujours pas à marquer des paniers malgré leurs tirs ouverts et leur bonne circulation du ballon. Au contraire, c'est un moment d'euphorie pour le BEC, qui va s'imposer sur un score très large, qui ne reflète pas du tout la physionomie de cette finale.

De secrétaire, Henri Lordon est passé président de la section féminine de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez (Photo Claude Jouanserre).

C'est devant une bonne chambrée que ce samedi soir s'est tenu l'Assemblée Générale de notre section Féminine. Après la démission de Véronique Bordenave au mois de novembre 2012, Éliane Commères avait souhaité ne pas se représenter, alors que l'actuel président Claude Barou Dagues a expliqué clairement : « On m'a demandé de ne pas me représenter et comme le club n'appartient à personne et pour le bien de celui-ci, j'ai décidé de me retirer ! ». Le bilan moral, mais aussi le bilan financier ont été votés et adoptés à l'unanimité, ce dernier présenté par l'expert-comptable du club, Didier Larrieu, laissant apparaître une faible perte de 1 963,42€, bien loin des 100 000€ annoncés par certaines personnes voulant déstabiliser le club ! Henri Lordon le secrétaire a annoncé que la SEM versera une subvention de 250 000€ par an sur trois saisons à l'association, avec un premier versement ce mois-ci de 100 000€, un autre du même montant en décembre 2013 et les derniers 50 000€ en mars 2014. Annonce confirmée par François Matéos l'adjoint aux sports de la ville de Mourenx et membre du Conseil d'Administration. Cela va permettre à notre association de pouvoir travailler en toute sérénité sur au moins trois ans et poursuivre ses efforts de formation, mais aussi et surtout d'initiation à la grosse balle orange.

Avec 95 licenciés, chiffres officiels fournis par le comité 64, car là aussi des chiffres erronés ont été annoncés, notre club est en progression. Il faut aussi y comptabiliser une quarantaine de pratiquants supplémentaires, en comptant les enfants de Maslacq et Hagetaubin, où Hélène Cazobon est allée effectuer des entraînements tous les mercredis, ainsi qu'une partie de nos bénévoles non licenciés. Pour l'an prochain les effectifs devraient être en hausse, sachant que rien que sur les U17, de 8 licenciées cette saison, nous passons déjà à ...24 ! Le rapprochement avec le club de Lahourcade devrait se poursuivre sur les catégories U11-U13, mais aussi par l'échange d'informations au niveau des entraîneurs des deux clubs.

Cette assemblée s'est terminée par l'élection du Conseil d'Aministration, où cinq nouveaux membres se sont présentés : Estelle Fardilha, Jennifer Bonnafoux, Géraldine Pires Da Cal, Jean-Pierre Frêslon et Tony Ferreira. Le quorum ayant été atteint l'élection a pu avoir lieu, ils ont tous été élus à l'unanimité.

Voici la composition du nouveau bureau :

Président : Henri Lordon

Secrétaire : Dominique Chaigneau

Trésorier : Fernand Fardilha

Membres : Jean-Michel Cazobon, Laëtitia Arbouch, Christine Perreau, Didier Gadou, François Matéos, Pierre Seillant, Estelle Fardilha, Jennifer Bonnafoux, Géraldine Pires Da Cal, Jean-Pierre Frêslon, Tony Ferreira.

Au club depuis de longues années, Laëtitia Arbouch est justement récompensée de son investissement bénévole (Photo Claude Jouanserre).

Dernièrement et comme chaque saison à cette époque de l'année, le service des sports de la ville de Mourenx a décerné ses trophées aux bénévoles et sportifs Mourenxois, qui se sont illustrés. Dans le cadre des bénévoles, c'est Laëtitia Arbouch, membre du Conseil d'Administration, mais aussi éducatrice à l'École de Basket et responsables de salle lors des matches de l'équipe de Ligue 2, qui s'est vue remettre celui-ci. Au niveau des sportifs, c'est l'équipe des Seniors Aquitaine, vice-championne Honneur région et qui a accédé la Promotion Excellence pour la saison prochaine, qui a été récompensée. Une fois les récompenses décernées, tout le monde s'est retrouvé autour d'une table pour un repas convivial.

s2recompense

 

 

La dernière image de la saison pour la page d'accueil de cette saga (Photo et conception Claude Jouanserre).

Pour revivre toute la saison 2012-2013 de son équipe de Ligue 2, la section féminine de l'Élan Béarnais Pau Lacq Orthez, sort un recueil de 170 pages, avec plus de 100 photos. Toutes les présentations des matches, les compte-rendus et les retours d'après matches sont relatés. Du premier match amical au mois d'août dernier, à la médaille de bronze du Final Four de Nice, pour 10€ seulement on retrouvera tout cela. Ce recueil est imprimé en série limitée, pour toute commande, vous téléphonez au 06 89 05 48 75.

Avec l'arrivée de Marion Ferreira, c'est "une battante" qui intègre le groupe de nos Seniors Aquitaine (Photo Claude Jouanserre).

« Ça va être costaud ! », voilà la première réaction de Rafaël Esteban l'entraîneur de nos Seniors Aquitaine, à l'annonce de la poule qui les attend dès le mois de septembre. « Nous allons essayer de viser l'une des cinq premières places », poursuit-il en rajoutant : « Par rapport aux saisons précédentes, nous aurons l'avantage d'évoluer dans une poule de 12, ce qui fait que si nous manquons notre départ comme la saison passée, nous aurons davantage de marge pour nous rattraper », conclut-il. Effectivement, si certains déplacements dans les Landes ne sont pas lointains, ils sont extrêmement dangereux. Que ce soit Gaujacq, les Espoirs Chalosse, Luy Adour, Saint-Sever, ou le Réal Chalossais, il va falloir y aller ! Sans compter que les clubs Girondins ou du Lot et Garonne ne sont pas des faire-valoir !

Pour l'instant un seul départ est acté dans le groupe, c'est celui de Lauriane Bordenave, qui rejoint l'entente Mazerolles-Malaussanne (2MBS). Elle sera remplacée numériquement par Marion Ferreira, qui arrive de Besingrand.