Après cette belle victoire de ce dimanche, Julie Mur (N°12), Marlène Brouca (N°13) et leurs partenaires se lancent vers le Final Four du championnat Honneur Aquitaine (Photo Claude Jouanserre).

EBPLO : 64

Le Taillan : 38

En clôturant la phase régulière du championnat par une belle victoire, nos filles ont remis les pendules à l'heure face à une formation qui les avait surpris lors du match aller (défaite 67-50). Pourtant il a fallu une mi-temps pour que nos joueuses rentrent vraiment dans cette partie, à partir d'une défense plus agressive. Le premier acte est dominé par l'EBPLO, mais trop de déchets en attaque et une défense un peu laxiste permet aux Girondines de rester dans la rencontre.

La seconde mi-temps sera toute autre, comme on l'écrit plus haut, nos filles mettent davantage de rythme en défense, ce qui les aide à concrétiser de belles phases de jeu offensives. Rafaël Esteban en profite pour ouvrir son banc et donner du temps de jeu à tout le groupe, afin de commencer à préparer le Final Four du 18-19 mai prochains. En effet, notre équipe ira en Gironde rencontrer l'Union Campagne Meilhan, le Réal Chalossais et le BEC, afin de tenter de conquérir le titre régional Honneur.

À l'image d'Ingrid Bunel, nos joueuses ont tout tenté, mais les jambes n'ont pas toujours été à la hauteur (Photo EBPLO).

Pour notre équipe de Ligue 2, tout va se jouer dans la dernière journée de championnat samedi prochain. Pour espérer terminer à la quatrième place de la poule et se qualifier pour le Final Four de Nice, elles doivent l'emporter à Reims et espérer dans le même temps un faux pas de Léon Trégor à Calais. Par contre et même en cas de victoire en Champagne, si les Bretonnes gagnent dans le Nord, ce sont ces dernières qui verront la côte d'Azur. Mais, si Léon Trégor et l'EBPLO reviennent chacun avec une défaite, c'est le troisième larron qui se qualifie, c'est-à-dire Roche Vendée. D'un point de vue de l'éthique, cela serait une bien belle imposture ! En effet, grâce au forfait de Laveyron dans cette compétition, la FFBB a donné match gagné à toutes les équipes qui ont, ou qui devaient jouer contre les Drômoises. Cela a permis à Roche Vendée, qui s'était incliné à Laveyron de récupérer 1 point supplémentaire, qui leur permet de venir se mêler à la lutte pour la qualification. Quand on dit que ce championnat de Ligue 2 est vraiment bizarre !

                                                                       Refaire le coup du 2 juin 2012 !

Pour en revenir à la défaite de samedi dernier, quelque part elle était prévisible. Cela faisait un mois que nos joueuses n'avaient pas disputé un match officiel et on s'attendait à ce qu'elles manquent de rythme. Cela s'est vu très rapidement, surtout sur le plan défensif, où elles semblaient avoir les jambes lourdes. En attaque, plusieurs fois le ballon a tournoyé sur le cercle et là aussi nos filles semblaient avoir toujours un temps de retard, en n'étant jamais dans le bon timing. Un autre mauvais point est également à souligner, c'est notre défaillance aux rebonds (30 prises contre 47 pour Roche Vendée). Jamais de toute cette saison nous n'avions été autant dominés dans ce domaine. Même face à des formations beaucoup plus athlétiques que la nôtre, ou que celle de Roche Vendée, nous ne leur avions laissé autant de ballons. Il reste une semaine à Aurélie Lopez pour remobiliser le moral des troupes, afin d'aller disputer une rencontre « commando » à Reims, samedi prochain. Car à l'issue de la rencontre, le moral de certaines était bien bas, ayant beaucoup de mal à digérer cette défaite. Seulement, par le passé l'EBPLO n'a jamais été aussi fort que lorsqu'il est dos au mur et a toujours réussi là où parfois personne ne l'attend. Qui nous donnait vainqueur à Saint-Étienne le 2 juin dernier ?

Pour se qualifier pour le Final Four nos joueuses devaient d'abord gagner à Reims. C'est chose faite et de belle manière (Photo Claude Jouanserre).

Reims : 52

19 paniers sur 59, dont 4 sur 19 à 3 pts, 10 LF sur 13, 38 rebonds, 8 passes, 19 ballons perdus, 16 fautes, 42 déval.

E. Gorjeu (6), E. Pelissou, F. Traoré (4), A. Jomby (8), A. Meszaros (20), P. Lithard (cap 3), M. Lesoudard (11), A. Niangane. Entraîneur : G. Rassineux

EBPLO : 68

28 paniers sur 68, dont 5 sur 19 à 3 pts, 7 LF sur 10, 44 rebonds, 10 passes, 15 ballons perdus, 16 fautes, 74 d'éval.

J. Borde, M. Arfelis, A. Gueye (8), N. Moral, L. Lapeyre (19), V. Bosch (15), M. Dia (2), E. Vidal (cap 10), I. Bunel (14), M. Chrzanowski. Entraîneur : A. Lopez.

À Reims, complexe sportif René Tys, 100 spectateurs environ.

Arbitres : L. Achddou et Y. Kiritharan

Pour Reims, 1 joueuse sortie pour 5 fautes : M. Lesoudard (39e).

Les quarts-temps : 13-19, 19-15, 10-19, 10-15.

Comme nous l'avons déjà écrit sur ce site, pour se qualifier au Final Four de Nice les 11 et 12 mai prochains, il fallait remplir deux conditions. La première était de ramener la victoire de Reims et la seconde c'est que Léon Trégor perdent à Calais. Si la seconde était largement prévisible (Calais est invaincu dans sa salle), la première était loin d'être acquise. Pourtant, ce scénario idéal s'est produit ! Aux termes d'un match parfaitement maîtrisé par nos joueuses, notre équipe est allée chercher une victoire amplement méritée, puisqu'au bout des 40 minutes de temps de jeu elle a mené durant 34.13mn !

Comme un clin d'œil du destin, c'est Laurie Lapeyre (19 pts à 90% de réussite, 13 rebonds et 34 d'évaluation), qui ouvre le score en inscrivant un panier plein d'opportunité. Nos filles vont mettre leur emprise dans cette partie, malgré la rapide sortie de Mariame Dia pour deux fautes (9-5, 4e). Paradoxalement le retour sur le banc de notre intérieure ne va pas pénaliser le groupe, qui en l'espace de 5 minutes va passer un 12-0 aux locales (9-17, 9e). Dans ce moment de folie on retrouve Laurie Lapeyre, mais aussi Émilienne Vidal en pénétration et Awa Gueye à mi-distance. Reims va revenir sensiblement sur les talons des visiteuses, mais quand Vélia Bosch à près de 8 mètres et à 3 secondes de la fin de la possession envoie un missile qui transperce le filet, on sent les prémices d'une bonne soirée. D'autant plus qu'une minute plus tard c'est au tour d'Awa Gueye de se faire remarquer dans cet exercice (21-27, 14e). Reims va alors rehausser sa défense, Laurie Lapeyre est omniprésente des deux côtés du terrain, ce qui n'empêche pas les Champenoises de revenir dans la rencontre au moment du repos (32-34, 20e).

                                                                Une seconde mi-temps parfaitement maîtrisée !

Dès le retour des vestiaires, c'est de nouveau l'EBPLO qui impose son jeu avec Émilienne Vidal dessous et Laurie Lapeyre à mi-distance (32-38, 22e). La défense mise en place par Aurélie Lopez est parfaitement exécutée par ses joueuses. Quand Vélia Bosch réussit deux lancers francs et Émilienne Vidal un autre, l'écart commence à se creuser (32-41, 25e). Un peu plus tard Awa Gueye le maintien par un tir primé, elle-aussi à près de 8 mètres (37-48, 27e). Pour clôturer ce troisième quart-temps, Ingrid Bunel va marquer 5 points consécutifs, dont un derrière l'arc de cercle (40-53, 29e). À cet instant on a un pied au Final Four, car on sait que Calais mène 63 à 39 devant Léon Trégor et qu'il ne faut donc rien lâcher. Les dix dernières minutes vont être parfaitement maîtrisées par nos joueuses qui font tourner le ballon au maximum en mettant en place les systèmes. Vélia Bosch est intraitable, s'imposant même au rebond offensif pour marquer un panier plein d'autorités (44-61, 35e). Les temps-morts de Reims ne vont rien changer, la défense de l'EBPLO est imperméable, mais surtout collective. Il reste moins de deux minutes à jouer quand la jeune Nina Moral rentre sur le terrain pour participer à la fête. Dans le vestiaire, le champagne local a coulé à flot !

Avec 19 lors du match aller, Awa Gueye avait bien participé à la victoire de l'EBPLO. Souhaitons que samedi notre N°6 et ses partenaires aient autant de réussite (Photo EBPLO).

On saura ce samedi soir aux alentours de 21H30-21H45, si nos joueuses de Ligue 2 ont terminé leur saison, ou bien si elles vont faire du rab sur la côte d'Azur le week-end du 11-12 mai prochain. En effet, comme nous l'avons écrit en début de semaine, outre le fait qu'une victoire à Reims est indispensable, il faut que dans le même temps Léon Trégor s'incline à Calais. Si pour les Bretonnes la tâche est presque insurmontable dans le Nord, il ne faut pas croire qu'il sera facile de ramener les deux points de Champagne ! Battues à l'aller (78-73), les Rémoises qui n'ont rien à gagner ni à perdre, voudront quand même terminer cette saison à domicile par une victoire. C'est dire la difficulté qui attend les joueuses d'Aurélie Lopez, qui en a bien conscience : « Nous arrivons au dernier match de la saison avec encore une petite chance d'atteindre ce final four, mais nous n'avons pas notre destin entre nos mains », annonce la coach, en poursuivant : « Le match perdu la semaine dernière est toujours présent dans nos têtes, nous avons payé cher le manque de compétition. Nous avons été trop permissives sur la première mi-temps (41 pts encaissés) et nous avons manqué de rythme. Sur ce dernier match, il faudra faire attention à l'adresse extérieure de Reims, qui a une belle équipe avec un jeu en première intention efficace. Mais surtout, je veux que mon équipe prenne du plaisir ensemble, qu'elle lâche tout ce qu'elle a dans le ventre (et pour ça je fais confiance à mes joueuses !) et de finir sans regret, car nous aurons fait une très belle saison par rapport à nos ambitions de maintien. D'ailleurs j'en profite pour les remercier, toutes, pour leur investissement, leur travail et leur état d'esprit, car c'est ça qui fait que nous en sommes là aujourd'hui... Encore un effort et on verra bien ! », conclut-elle. Pour espérer ramener un résultat positif de ce long déplacement, nos filles devront particulièrement surveiller le quatuor qui s'était fait remarquer lors du match aller, Gorjeu (15 pts), Jomby (17 pts), Lithard (15 pts) et Lesoudard (16 pts). Mais il ne faudra pas non plus faire l'impasse sur Meszaros (21 pts, 12 rebonds et 5 interceptions face à Léon Trégor) et Traoré (10 pts dans le même match). Après leur déconvenue de samedi dernier, nos joueuses nous doivent une revanche. Certes, l'adversaire mériterait de figurer plus haut dans le classement, mais Angers notamment est allé gagner dans la magnifique salle René Tys, voilà de quoi donner des idées à notre équipe...

Plusieurs fois dans la soirée Vélia Bosch a débordé Jomby, qui ne pouvait pas suivre le rythme infernal imposé par notre meneuse (Photo Claude Jouanserre).

Elles l'ont fait ! Après une défaite à domicile face Roche Vendée huit jours auparavant (58-64), nos joueuses ont été s'imposer à Reims, où lors de l'antépénultième journée, Léon Trégor l'un de nos adversaires direct avait mordu la poussière (79-73). Mais les Bretonnes ne sont pas les seules à s'être inclinées en Champagne, Roche Vendée et Calais y ont laissé des points. C'est dire le niveau de performance de nos filles, qui en plus jouaient avec une certaine pression, s'étant mise dans leur tête de se qualifier pour ce Final Four. Dès le coup d'envoi on s'est vite rendu compte que l'EBPLO était dans un bon soir, malgré la sortie prématurée pour deux fautes, de Mariame Dia (4e). La rentrée d'Émilienne Vidal à la place de sa partenaire n'allait pas changer le cours du match, au contraire, à ce moment-là nos joueuses allaient passer un 12-0 aux Rémoises. Si face aux Vendéennes huit jours plus tôt nous avions été archi-dominées aux rebonds, ce ne fut pas le cas samedi soir (vainqueurs 44 à 38). Laurie Lapeyre (13) et Awa Gueye (11), se sont gavées, alors qu'Émilienne Vidal (7) et Mariame Dia (6), n'ont pas laissé leur part aux chiens ! Au niveau des fautes provoquées, Vélia Bosch (5) et Laurie Lapeyre (4) ont été intenables. Notre meneuse se fendant en plus de 15 points et d'une activité de tous les instants, son adversaire directe voyant plus souvent son numéro de maillot que son visage ! Défensivement, c'est sûrement l'un des matches les plus aboutis de la saison. Chaque joueuse s'est sentie concernée, mais surtout c'est collectivement que notre raquette est devenue citadelle imprenable. Les tirs des Rémoises, quand elles n'étaient pas sanctionnées par le chronomètre des 24 secondes, étaient forcés. C'est une véritable muraille mobile qui empêchait l'accès au panier. Comme en plus nous suivions le live de Calais-Léon Trégor et qu'il n'y avait aucun suspense dans le Nord, nos joueuses avaient leur destin entre leurs mains. Dans 15 jours c'est Nice dans sa salle, mais ça c'est une autre histoire, l'objectif sportif de la saison est déjà largement dépassé !

                                                          Vélia Bosch meilleure passeuse du championnat

Cerise sur le gâteau pour notre meneuse de jeu Vélia Bosch, elle termine meilleure passeuse du championnat de France de Ligue 2, à égalité avec Aurélie Cibert de Calais et Kathleen Bourdin de Gaffenstaden (4 passes décisives par match).