Avec 16 points, Mariame Dia termine meilleure marqueuse de l'EBPLO ce samedi soir (Photo EBPLO).

 

EBPLO : 56

21 paniers sur 67, dont 4 sur 24 à 3 pts, 10 LF sur 14, 43 rebonds, 18 passes, 14 ballons perdus, 19 fautes, 55 d’éval.

J. Borde (14), L. Boykin (4), A. Gueye (8), M. Brouca, M. Arfelis (2), V. Bosch (2), M. Dia (16), E. Vidal (cap 8), I. Bunel (2), M. Chrzanowski. Entraîneur: A. Lopez.

Calais: 62

23 paniers sur 57, dont 1 sur 7 à 3 pts, 15 LF sur 21, 39 rebonds, 13 passes, 14 ballons perdus, 18 fautes, 67 d’éval.

J. Fouasseau (12), N. Ahamada, A. Sissoko (4), O. Sbahi (3), A. Cibert (cap), M. Arnaud (14), D. Allen (2), M-B. Nbuyamba (8), T. Clarke (19). Entraîneur : K. Brohan

À Mourenx, gymnase municipal, 350 spectateurs.

Arbitres : M. Bourette et P. Dufau.

Les quarts-temps : 8-21, 16-19, 13-10, 19-12.

Pour EBPLO, 1 faute technique : A. Gueye (36e), 1 joueuse sortie pour 5 fautes : A. Gueye (36e).

Pour Calais, 1 joueuse sortie pour 5 fautes : A. Cibert (40e).

 

Quelle maladresse ! Mais surtout quel premier quart-temps de galère ! Au bout de 10 minutes de jeu, nos joueuses semblaient complètement asphyxiées par le rythme des Calaisiennes, alors que finalement c’est le contraire qui va se passer… en seconde mi-temps. Seulement, au moment de rentrer dans les vestiaires, nos filles comptent déjà 16 points de retard (24-40, 20e). Mais ce qui est encore plus énervant, c’est lorsqu’on épluche la feuille des statistiques ! On gagne la bataille des rebonds (43-39), les passes décisives (18-13), les interceptions (9-7), alors que pour les ballons perdus, c’est l’égalité parfaite (14-14). Seulement, quand on jette un regard vers le pourcentage de réussite aux tirs, aïe, aïe, aïe ! Calais tourne à 40% et nous à 31%, c’est bien de ce côté-là que le bât blesse !

L’entame de cette partie est catastrophique (0-8, 3e), avec des prémices de maladresse et trop de ballons perdus par manque de concentration. Il faut attendre 5 minutes pour voir le premier panier marqué par nos joueuses, il est l’œuvre d’Awa Gueye (3-8, 5e). Cela ne va pas aller en s’arrangeant (3-14, 8e), ce qui oblige Aurélie Lopez à demander un temps-mort. Celui-ci semble judicieux, car aussitôt Julia Borde envoie un missile à 3 points qui rentre sans toucher le cercle. Mais malheureusement, ce n’est qu’un feu de paille et ce premier quart-temps est terrible (8-21, 10e). L’EBPLO va rehausser sa défense, comme par hasard le ballon va plus vite, Ingrid Bunel traverse le terrain à la vitesse de l’éclair pour servir Marion Arfelis sur un plateau (16-23, 13e). En jouant vite, nos filles perturbent la belle mécanique Nordiste qui semble marquer le pas. Mariame Dia est au four et au moulin, Lakevia Boykin montre sa puissance athlétique, on recommence à y croire (22-27, 16e). Las, en 3 minutes, on va encaisser un terrible 12-0 qui donne un coup au moral (22-40, 19e). Le repos de la mi-temps survient au bon moment (24-40, 20e).

                                                                        La remontée fantastique !

À son retour sur le parquet l’EBPLO rehausse encore sa défense et oblige Calais à aller au bout des 24 secondes de possession. En attaque ça tourne mieux, malheureusement la maladresse est encore présente (29-40, 24e). Calais va recreuser un nouveau break, essentiellement en récupérant des ballons sur les tirs de nos filles (33-48, 27e). Dans la salle plus trop de monde ne croit en un possible retour, mis à part notre staff et nos joueuses. Deux paniers consécutifs d’Awa Gueye et nous voici sous la barre des 10 points (41-50, 32e). C’est une véritable remontée contre le chronomètre qui s’engage. Martha Chrzanowski plonge au sol comme dans une piscine, se rappelant du temps où elle était une championne de natation, la défense a hissé les barbelés, à l’image de Vélia Bosch qui ne laisse pas un centimètre à Cibert, où Émilienne Vidal qui s’engage dans un combat de titan avec Clarke. Mariame Dia surprend son adversaire directe en dégainant avec succès derrière l’arc de cercle, Julia Borde en remet deux couches à 3 points, et nous voilà dans les roues de Calais (54-58, 38e). Seulement, dans ce money-time l’adresse va encore nous faire défaut, ce dont va profiter Calais, pour éviter aux locales le parfait hold-up !   

 

 

Comme à Nice au printemps dernier, la route d'Awa Gueye et de Mélanie Arnaud (N°10) vont se croiser ce samedi soir à Mourenx (Photo Claude Jouanserre).

 

Après avoir été exempt de la deuxième journée, on peut considérer que le championnat va maintenant vraiment débuté pour notre équipe de Ligue 2. En recevant ce samedi soir Calais, nos filles s’attaquent à l’un des plus gros favoris de cette compétition. Les Nordistes ont annoncé la couleur en allant s’imposer assez facilement, dès la première journée à Aix en Provence (57-72) et en atomisant littéralement Dunkerque samedi dernier (90-47). L’an passé à pareille époque (le 6 octobre), nous recevions les mêmes adversaires, qui étaient venus s’imposer facilement dans notre gymnase. Cela ne Nous a pas empêché de réaliser une magnifique saison, clôturée par une médaille de bronze… devant ces mêmes concurrents !

Cela ne veut dire que ce samedi nos joueuses vont baisser les bras, ce n’est pas leur style, ni celui de notre entraîneur, mais l’adversaire est encore d’excellentes qualités. Si certaines joueuses talentueuses ont quitté le Nord, elles ont été remplacées par d’autres filles tout aussi efficaces. Les Nordistes vont se présenter en Béarn avec des arguments, et non pas dans l’intention de venir goûter le bon air tempéré de nos belles Pyrénées. Autour de leur valeur sûre, la capitaine Aurélie Cibert, meilleure passeuse après deux rencontres (7,0 passes de moyenne), les Calaisiennes pourront compter également sur les habiles Jenny Fouasseau et Mélanie Arnaud, mais aussi sur leurs recrues, Dominique Allen et Tiffany Clarke, cette dernière étant une joueuse intérieure avec des mains en or et un sens inné du rebond.

Pour contrer cette belle mécanique, nos joueuses devront bien démarrer la partie pour éviter de caler avant la mi-temps et espérer avoir de l’adresse aux tirs, tout en défendant bec et ongles l’accès à leur panier. Sur tous ces points là, Aurélie Lopez partage tout à fait notre avis : « Calais est une des équipes favorites pour la qualification au Final Four voire plus, et leur début de championnat reflète leurs ambitions. C’est un match très compliqué qui nous attend, face à une équipe où le danger peut venir de chaque poste, un secteur intérieur physique et athlétique, un secteur extérieur très adroit, mais pouvant créer le jeu également. La tâche s’annonce difficile, mais nous allons tenter de lutter contre cette équipe le plus longtemps possible et on parlera du résultat après. En ce moment, c’est plutôt le contenu qui m’intéresse, car nous avons du mal à trouver notre basket, nous sommes moins dans le “combat”. Il faudra retrouver nos valeurs et de l’adresse si on veut exister, mais l’un ne va pas sans l’autre », conclut-elle. Chaque point vaudra très cher !

 

 

 

 

Avec 4 paniers à 3 points réussis par Marion Arfelis lors du tournoi de Limoges, les Angevines vont se méfier de notre ailière ce jeudi (Photo Claude Jouanserre).

 

Le hasard du calendrier fait bien les choses ! Samedi prochain pour la deuxième journée de championnat de Ligue 2, notre équipe est exempte. Mais elle ne restera pas sans jouer, puisque ce jeudi elle accueille notre « meilleur ennemi », Angers, dans le cadre des 1/16e de finales de la coupe de France. Les rencontres entre ces deux formations se jouent toujours à très peu de choses, parfois en prolongation comme lors de notre victoire en Anjou au printemps dernier, ou alors au buzzer de fin de match, comme cela s’est passé au tournoi de Limoges, grâce à un panier d’acrobate de Mariame Dia (68-67), qui nous permettait d’aller en finale et de le remporter.

Seulement, ce jeudi soir à 20H00 il en sera autrement, car nous auront en face une équipe beaucoup plus prête que dans le Limousin, même si elle sera privée de Carine Brossais, retenue par ses obligations professionnelles. Samedi dernier, Montpellier le dernier finaliste du championnat de LFB, a eu toutes les peines du monde à s’imposer à Angers (62-66), ce qui laisse de grands espoirs à ces dernières pour le futur. Justement, le futur commence dès ce jeudi pour les troupes de David Girandière, qui comptent bien ouvrir leur compteur de victoire en match officiel. « On se déplace à Pau avec l’objectif de gagner un premier match officiel avec cette équipe », annonce sans ambiguïté le technicien angevin, en poursuivant : « Ce match doit nous servir pour continuer à avancer, et également montrer qu’on a franchi un cap, que l’on est au-dessus du niveau de la ligue 2. Il faut que l’on soit dans la continuité du match de samedi face à Montpellier », conclut-il. Nos filles doivent donc s’attendre à une rencontre de très haut niveau, face à une équipe qui sera en plus revancharde. Pour cela il faut espérer davantage de réussites aux tirs pour nos joueuses, par rapport au match de samedi dernier devant Charnay (victoire 66-64). De plus, Aurélie Lopez ne compte pas prendre cette partie à la légère, bien au contraire : « Comme nous ne jouons pas le prochain week-end, nous allons aborder ce match comme si c’était une rencontre de championnat. Nous voulons rester en rythme, et puis c’est Angers, donc nous voulons essayer de faire quelque chose de bien. Nous allons prendre cette rencontre quart-temps par quart-temps et après on verra bien à la fin », analyse notre entraîneur, le sourire aux lèvres.

 

 

Nos joueuses ont eu à faire face à un véritable mur défensif, qu'il a été difficile de contourner (Photo EBPLO).

 

EBPLO : 56

20 paniers sur 51, dont 7 sur 22 à 3 pts, 9 LF sur 16, 23 rebonds, 12 passes, 8 ballons perdus, 21 fautes.

J. Borde (11), L. Boykin (7), A. Gueye (11), M. Brouca, M. Arfelis, V. Bosch (9), M. Dia (12), E. Vidal (cap 4), I. Bunel, M. Chrzanowski (2). Entraîneur: A. Lopez.

Angers: 72

22 paniers sur 48, dont 10 sur 17 à 3 pts, 18 LF sur 23, 38 rebonds, 8 passes, 13 ballons perdus, 19 fautes.

J. Cortinovis (6), C. Aubert (cap 3), R. Hejdova (6), M. De Sousa, A. Favre (3), L. Murphy (14), E. Prodhomme (11), S. Lucet (17), S. Le Marrec, I. Sliskovic (12). Entraîneur : D. Girandière.

À Mourenx, gymnase municipal, 300 spectateurs environ.

Arbitres : E. Sans et P. Brèthes.

Les quarts-temps : 8-21, 12-21, 22-18, 14-12.

Pour EBPLO, 1 joueuse sortie pour 5  fautes : E. Vidal (36e).

 

L’entame de match est catastrophique pour nos joueuses, qui encaissent un 6-0 en moins d’une minute de jeu (0-6, 1e). « On fait deux erreurs de communication, alors qu’on avait bien préparé ça aux entraînements », explique après la rencontre Aurélie Lopez, en poursuivant : « Ce 6-0 nous fait mal à la tête et ensuite on n’arrive pas à se mettre en rythme », nous dit-elle. En effet, sur ces dix premières minutes nos filles vont subir sans arriver à marquer des points (2-15, 5e). Au terme de ce premier quart-temps, on sait déjà qu’il n’y a pratiquement plus d’espoir de revenir dans la partie (8-21, 10e). Pourtant, la défense va reprendre des couleurs et à partir de là, offensivement ça va mieux. Quelques ballons volés, du jeu rapide et voilà une nouvelle partie qui commence (12-21, 13e). Nos joueuses donnent tout ce qu’elles peuvent, elles provoquent des fautes qui les amènent sur la ligne de réparation, mais leurs efforts se payent et la maladresse les poursuit dans cet exercice. Aurélie Lopez ouvre son banc, chacune essaie d’apporter quelque chose de positif, seulement l’adresse n’est pas présente (28% de réussite et un 0 sur 7 à 3 points sur les 20 premières minutes). À la pause, l’écart est toujours aussi conséquent (20-42, 20e).

La seconde mi-temps débute sur un autre rythme et l’EBPLO joue enfin les yeux dans les yeux avec ses adversaires. Awa Gueye réussit une action à 4 points (34-49, 26e), alors que Julia Borde et Mariame Dia trouvent le chemin des filets à 3 points (41-56, 29e). Awa Gueye vole des ballons, Mariame Dia gobe des rebonds et Julia Borde inscrit deux paniers primés, tandis que la défense est enfin bien présente (54-66, 38e). On croit alors à un impossible exploit, mais Angers va réagir et profiter de la fatigue de nos joueuses pour recreuser l’écart.

 

Aurélie Lopez au micro de France Bleu Béarn : « Sur le dernier quart-temps je suis satisfaite du combat de mes joueuses, nous n’avons rien lâché. Avec un petit peu plus d’adresse, je pense que nous pouvions faire tourner le match quand on revient alors qu’il reste moins de 3 minutes de jeu. Nous les avons un peu trop regardés au début de la partie, nous avons plongé psychologiquement, mais nous avons trouvé des ressources pour revenir. C’est ce que je veux retenir pour travailler pour la venue de Calais ».

 

 

À l'image d'Ingrid Bunel, nos joueuses ont essayé de mettre du rythme dans cette partie pour faire courir les Charnaysiennes. Géraldine Bertal (N°13) est battue, alors que Charlotte Ducos (N°9) hésite à aller à la rencontre de notre meneuse (Photo EBPLO).

 

Ouf ! Le couperet est passé très près ! Pourtant nous savions que cette première rencontre à domicile serait difficile à négocier face à un adversaire de valeur, qui en plus n’avait rien à perdre dans l’histoire, mais plutôt tout à gagner. Nos joueuses ont mis en pratique les conseils de leur entraîneur, qui avait axé l’essentiel de ceux-ci sur la défense. Heureusement, elle a bien marché ne laissant que 64 points à nos adversaires, mais là où ça a moins bien fonctionné, c’est en attaque. Des tirs ouverts ont été pris, mais parfois sans manque de rythme, ou alors d’autres un peu trop forcés. Heureusement que sur la ligne des lancers francs les bras de nos filles n’ont pas tremblé, notamment ceux de Mariame Dia et Awa Gueye en fin de partie (16 sur 18 pour les deux joueuses), qui assuraient alors le score. Car en face, le trio d’ex LFB, Julie Legoupil, Charlotte Ducos et Géraldine Bertal (plus de 31mn de jeu chacune et 40 points au total), a pesé sur cette partie. Tiendront-elles toute la saison à ce niveau ? Dans tous les cas, nous sommes bien heureux de nous en être sortis avec la victoire, car en ce moment les Bourguignonnes sont dangereuses. En plus il leur manquait Laure Belleville, suspendue pour ce match, mais qui fera sa rentrée lors de la prochaine journée. Enfin, l’essentiel est là avec les deux points engrangés au classement, mais surtout nous sommes rentrés dans la vraie compétition. Il faut se souvenir que chaque année nous avons du mal à jouer cette première rencontre à domicile, nos filles n’arrivent pas à se libérer. Souvenez-vous, l’an passé nous l’avions emporté à Dunkerque et le samedi suivant pour l’ouverture dans notre gymnase, nous nous étions largement inclinés face à … Calais ! Cette partie doit aussi nous servir d’expérience, car cela veut dire que cette année la compétition sera ouverte et comme dit depuis un moment Aurélie Lopez : « Tout le monde peut battre tout le monde ! ». Donc, méfiance !